Hé salut !

Nous sommes le 13 juillet et puisque mieux vaut tard que jamais, au cours du mois de mai, j’ai lu :

Ron Rash, Le chant de la Tamasse, Points2017. EAN : 9782021109849. Place des libraires 

Une jeune femme redécouvre le lieu qui l’ a vue grandir alors qu’elle s’y rend pour réaliser un reportage-photo à propos d’un fait divers qui secoue la population locale : une fillette s’est noyée dans la Tamassee, rivière sauvage et préservée, qui refuse de restituer le corps de l’enfant. Suite à ce drame, deux camps s’opposent : la famille de la petite, qui souhaite à tout prix récupérer le corps de son enfant, quels que soient les moyens à employer pour y parvenir; et les défenseurs de la nature, farouchement opposés à toute action humaine qui aurait pour conséquences de dénaturer ce territoire, sauvage, et sacré aux yeux de ses habitants, à tout jamais. Ron Rash, comme toujours, nous plonge au coeur des États-unis et questionne la place de l’Homme dans la Nature et le lien, étroit et complexe, qui les unit. Il soulève la question de l’écologie avec beaucoup de délicatesse et de poésie. Son écriture est sobre, mais cette simplicité avec laquelle il retranscrit la vie de la population rurale ne dessert en rien son style, bien au contraire. Ron Rash aime l’humain autant qu’il aime la nature et cela se ressent.

J’ai aimé.

Merci Ronie !

 

Harper Lee, Va et poste une sentinelle, Le livre de poche, 2016. EAN : 9782253068785. Place des libraires

Jean Louise Finch « Scout » a atteint l’âge adulte et va être confrontée à une douloureuse expérience : constater une profonde transformation de ceux qu’elle aime et respecte depuis toujours, et particulièrement de son père, Atticus, qu’elle idolâtrait jusqu’alors.

Ce fût un réel plaisir de retrouver le personnage de Scout (Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur). La jeune femme est à la hauteur de la petite fille : intelligente, vive, Jean Louise refuse la fatalité et ressent le besoin de comprendre le monde qui l’entoure, et pour ce faire, n’hésite pas à le remettre en cause de manière très pertinente. Un très beau roman sur le passage à l’âge adulte et l’apprentissage de la tolérance.

J’ai beaucoup apprécié.

 

Isabelle Sorente, La faille, Folio Gallimard, 2017. EAN : 9782070469710. Place des libraires

La Faille, c’est l’histoire (tristement banale) d’une femme (loin de l’être) abîmée par la vie et par un homme qui dit aimer les femme alors qu’il les méprise. C’est l’histoire d’une femme-enfant qui veut plaire à l’Homme, à tous les hommes. Qui se laisse appeler « Bébête »et se confond en excuses lorsqu’elle ose malencontreusement s’opposer à son « mari ». Ce mari qu’elle ne connait pas vraiment.

Que penser, d’ailleurs, de cet homme qui partage sa vie? Qu’est-il en réalité? Un « pervers narcissique » (ce terme est évoqué une fois au cours du récit)? Un sociopathe ? Et comment en est-il, en est-elle, en sont-ils arrivé(e)(s) là?

Pas mal.

 

Sloan Wilson, L’homme au complet gris, 10/18, 2017. EAN : 9782264068019. Place des libraires

L’homme au complet gris est un homme comme les autres : un job (mais est-ce le bon?), une femme aimante (mais est-ce la bonne?), des enfants, une maison, des factures à payer, un boss trop présent, des doutes, une ambition remise en question, un premier amour, et un passé pas très clair… Et quand son passé refait surface, c’est tout son présent (et son futur) qu’il remet en cause.

Ce roman, publié pour la première fois en 1955, a inspiré la série Mad Men. Ne l’ayant pas vue, je ne suis absolument pas en mesure de partir dans une étude comparative entre ces deux oeuvres. Ce que je peux vous dire, en revanche, c’est que, à quelques détails près (qui porte encore un chapeau de nos jours?), tout ce que l’on peut lire dans ce roman est tout-à-fait d’actualité.

J’ai apprécié.

 

Joyce Carol Oates, Carthage, Points, 2016. EAN :9782757859827. Place des libraires

Cressida Mayfield, 19 ans (ou peut être 21?), est la fille de Zeno et Arlette Mayfield et la soeur de Juliette Mayfield. Des deux soeurs est la laide, l’intelligente, l’incisive. La mal-aimée. Du moins c’est ainsi qu’elle se voit.

Un soir, à Carthage, Cressida disparait. Son corps ne sera jamais retrouvé. Très vite, c’est l’ex-fiancé de Juliette qu’on accusera de l’avoir tuée, après l’avoir probablement violée. L’ex-fiancé s’appelle Brett. Brett a combattu en Irak, et il en est revenu changé, profondément. Malgré cela Juliette l’aimait. Cressida aussi l’aimait. Comment alors cet homme aimé et respecté de tous peut-il être l’auteur de ce qui est arrivé à Cressida? Qui est vraiment Brett Kincaid? Et qui était Cressida?

Thriller, drame psychologique, plaidoyer contre la guerre et la peine de mort, Carthage est tout ça à la fois. C’est aussi et surtout le roman d’une jeunesse perdue, blessée, enfouie dans sa noirceur, et qui semble ne rechercher qu’une seule chose : la rédemption.

J’ai aimé.

 

Il me semble avoir fait le tour de mes lectures de mai. N’hésitez pas à commenter pour partager vos impressions sur l’article, vos lectures, etc.

Et rdv l’année prochaine pour mes lectures du mois de juin.

Bises !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *