Réduire ses déchets, c’est un peu la base quand on veut adopter un mode de vie plus éco-responsable. Mais par où commencer?

Ne pas jeter ses papiers par terre est un bon début ! 🙂 On l’a tous entendu des centaines de fois depuis l’enfance, et à priori, c’est intégré par la plupart des gens.

Quoi d’autre?

Je vous propose ici une liste de gestes et habitudes faciles à adopter pour aller un peu plus loin dans la réduction de nos déchets au quotidien : 

Adopter Les sacs réutilisables

Refuser systématiquement les sacs proposés dans les magasins et apporter ses propres sacs : tote bag, panier, cabas… Les alternatives au sachet en plastique ne manquent pas. En plus d’être plus écolos ils sont aussi plus beaux !

Il existe également des petits sacs en tissu très pratiques pour le transport (et la conservation) des fruits et céréales/graines en tout genre.

Pour ma part j’en possède une petite collection et j’ai toujours un petit sac en tissu Monoprix dans mon sac-à-dos (très pratique, on peut le plier et le ranger dans sa pochette et il ne coute qu’un euro). J’ai également gardé quelques sacs en plastique donnés par mon libraire que j’apporte avec moi à chaque fois que je vais acheter des livres : ça me permet de continuer à lui faire de la pub.

Utiliser moins d’objets jetables/à usage unique

Dans la salle de bain :

.Cotons démaquillants : on les remplace par des cotons ou lingettes lavables. (Couleur caramel, Lamazuna, Les tendances d’Emma, Lulu Nature… les références sont aujourd’hui nombreuses).

.Cotons-tige : on les remplace par un cure-oreille (un par personne). Qu’on garde à vie ! (Lamazuna)

.Brosse à dents classique : on la remplace par une brosse à dent compostable/biodégradable ou encore une brosse à tête interchangeable. (Preserve, Monte Bianco, My Boo Company…)

.Rasoirs jetables : on les remplace par à un rasoir rechargeable. Il en existe même désormais qui sont fabriqués à partir de pots de yaourts recyclés, et sont eux-même recyclables. (Preserve).

.Tampons hygiéniques : on les remplace par une coupe menstruelle. (Mooncup, Meluna, Fleurcup…)

.Serviettes hygiéniques : on les remplaces par des serviettes lavables. (Plim, Lulu Nature…).

.Shampoing, gel douche, dentifrice : On les remplace par des produits solides. (Lamazuna, Pachamamaï, Becos[e]…)

Dans la cuisine :

.Le papier essuie-tout : on le remplace par des lingettes absorbantes lavables. (Les tendances d’Emma, Petit Poh, Ecolyne… ).

.Le papier à cuisson : on le remplace par des feuilles de cuisson réutilisables.

.Le film étirable : on le remplace par des boîtes de conservation pour ce qui se garde au frais, et des torchons (propres) font très bien l’affaire pour conserver tout ce qui est pain, gâteau, tarte, viennoiseries.

Composter ses déchets organiques

Si l’on vit à la campagne et qu’on a un jardin c’est vraiment idéal de composter ses déchets pour fabriquer soi-même son engrais. Je suis certaine que la plupart des gens qui possèdent un potager y ont déjà pensé et le mettent en pratique.

Quand on est citadin, en revanche, ça peut paraître moins évident. Pourtant c’est un bon moyen de réduire le poids de nos poubelles, surtout lorsqu’on sait que les déchets organiques en représentent 30%.

Si vous souhaitez vous mettre au compostage, il suffit de vous renseigner auprès de votre municipalité pour savoir quels sont les moyens mis en place à cet effet dans votre quartier.

Là où je vis par exemple, le syndicat qui gère le traitement et la valorisation des déchets a fait installer dans différents quartiers des chalets à compostage. Les habitants désireux de composter leurs déchets organiques peuvent s’y inscrire librement en communiquant leur nom et adresse. Un bioseau ( seau d’environ 7L muni d’un couvercle) leur est remis gratuitement et leur permet de stocker et transporter leurs déchets. La plupart des chalets sont ouverts deux jours par semaine durant plusieurs heures.

Je publierai prochainement un article dédié au compostage en ville, bien plus complet et détaillé !

Boire l’eau du robinet

L’eau du robinet est bien moins chère que l’eau en bouteille, elle est également saine et de très bonne qualité.

Autres avantages : elle est toujours disponible. Et puisqu’elle ne nécessite aucun transport, au coté écologique s’ajoute le confort de ne pas avoir à la porter. Quand on a des étages à monter, ça compte !

Et pour les gros consommateurs d’eau pétillante, pourquoi ne pas investir dans une fontaine à eau gazeuse? Là encore c’est plus écologique ET plus économique.

J’en possède une et croyez moi, ça vaut le coup. Je change le cylindre de CO2  tous les deux mois environ( il est supposé permettre la production de l’équivalent de 40 bouteilles de 1,5 litres). Cela me revient à environ 6 euros par mois.  Personnellement je ne l’utilise que pour faire de l’eau pétillante, jamais pour du soda. J’ose imaginer que si c’était le cas je devrais changer la recharge de CO2 plus souvent, mais à plus de 1,50 euros la bouteille de soda classique… Financièrement, dans tous les cas, on s’y retrouve !

 

Attention : il ne s’agit pas là d’une liste de commandements, mais bien de pistes à explorer. En ce qui me concerne j’ai adopté la plupart de ces gestes (pas tous !) mais ça ne s’est pas fait en un jour. Il m’a fallu plusieurs années  pour prendre ces habitudes au quotidien et m’y tenir. Et il m’arrive encore de faire des écarts.

Concernant les marques citées, ce ne sont que des exemples parmi toutes celles proposant ce type de produits.

 

Et vous, avez-vous adopté des habitudes plus écolos au quotidien? L’envisagez-vous?

Bise !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *