On pourrait classer ce billet dans la catégorie « Faites ce que je dis mais pas ce que je fais ».

Je vous parlais dans  cet article de l’importance de lire les compositions de ses produits capillaires et que les quats (ammonium quaternaires) étaient à éviter du fait de leur côté filmogène. (Entre autres choses).

Et de manière générale j’applique ces petits « préceptes » à la lettre. MAIS j’ai récemment dérogé à la règle du « sans quats et sans silicone ». Et autant vous le dire tout de suite : je REGRETTE.

Pourquoi ce choix ?

LA TENTATION PARDI!

J’ai été tentée alors que je regardais des photos de la si canon cascade d’ondulations d’Edelweiss… Edelweiss qui vante sur son blog les mérites d’un fameux duo capillaire : le shampoing Zinc & Sauge et l’après-shampoing Citrus & Néroli de chez John Masters Organics.

Je me suis dit « attends mais moi aussi j’ai des cheveux, moi aussi j’ai des boucles, il me faut ces trucs, il me les faut ! « 

« Edelweiss a déjà parlé de démangeaisons et de dermite séborrhéique. Moi aussi ça m’arrive, de me gratter le cuir chevelu très fort. Le zinc et la sauge, c’est bon pour les démangeaisons du cuir chevelu non? Il me les faut! »

« Et puis je laisse pousser mes cheveux en ce moment, si je veux les avoir longs comme elle, beaux comme elle, alors il me les faut ! »

« Attends mais il y’a du Behentrimonium methosulfate » dans la compo de l’après-shampoing, en troisième position en plus ! »

« Aïe et ça coûte plus de 40 balles pour les deux ! « 

Là j’aurais du me dire : « allez ciao, je reste sur mes petits shampoings pas chers et sans silicone. J’ai horreur des après-shampoing et je me suis toujours débrouillée sans, pourquoi commencer à en utiliser maintenant ? Après tout ma tignasse est courte certes, mais douce et brillante, mes boucles sont toutes jolies et toutes rebondies… « 

EH NON. J’ai dit Banco ! J’ai dégainé ma cb et j’ai commandé.

Ce duo shamp’/après-shamp’, concrètement il donne quoi?

Première impression en les sortant du carton : chez JMO, ils ont le sens de la com’ et de l’esthétique, les flacons sont canons : belles couleurs, design simple mais travaillé. C’est sobre et élégant. Très plaisant ! Niveau packaging clairement, ils coiffent au poteau tous les produits que j’ai pu utiliser jusque là.

Et niveau contenu alors, qu’est ce qu’on a?

Le shampoing zinc&sauge

Dans sa jolie bouteille verte, le shampoing zinc&sauge se veut « deux en un« : shampoing clarifiant et régulateur grâce aux feuilles de sauge et au zinc, ET baume hydratant grâce à la protéine de blé.

À première vue donc, ce shampoing semble être une bonne solution pour contrer les problèmes de pellicules, de démangeaisons du cuir chevelu ou bien pour lutter contre la dermite séborrhéique. Les habitués de ce genre de petits désagréments capillaires connaissent d’ailleurs bien les vertus du zinc.

Sa composition :

Aloe barbadensis (aloe vera) leaf juice*, aqua, babassuamidopropyl betaine, decyl glucoside, disodium cocoamphodiacetate, glycerin, zinc gluconate, zinc pyrithione, rosmarinus officinalis (romarin) leaf extract*, urtica dioica (ortie) root extract*, chamomilla recutita (camomille) flower extract*, salvia officinalis (sauge) leaf extract*, equisetum hyemale (prêle) extract*, lavandula angustifolia (lavande) extract*, salix alba (saule) bark extract*, carica papaya (papaye) fruit extract, yucca schidigera (yucca) leaf/root/stem extract*, panthenol (vitamine B5), allantoin, wheat amino acids, chlorophyll, riboflavin, sodium benzoate, potassium sorbate, vanilla planifolia (vanille bourbon) fruit oil*, rosmarinus officinalis (romarin) leaf oil,* salvia officinalis (sauge) oil*, simmondsia chinensis (jojoba) seed oil

*certifié bio

On retrouve l’aloe vera, et non l’eau, en première position, classe ! L’aloe vera est hydratant et apaisant, parfait pour les cuir chevelus irrités, qui démangent etc

Les tensioactifs sont doux (la mousse de babassu et la mousse de sucre permettent au produit de… mousser ! la première a également un effet conditionneur).Le disodium cocoamphodiacetate est ok.

Niveau actifs on a du zinc (apaisant et régulateur), de l’extrait de romarin (purifiant), de racine d’ortie (fortifiante), de la camomille (apaisante et adoucissante), de la sauge (anti-bactérienne et purifiante), de la prêle (tonifiante et fortifiante), de la lavande (purifiante, tonifiante, cicatrisante), de l’extrait de saule blanc (conditionneur, tonifiant, astringent), de l’extrait de racine de yucca ( les indiens l’utiliseraient pour se laver les cheveux et il aurait des vertus anti-chute), de l’extrait de papaye et des protéines de blé pour leur effet lissant, de la chlorophylle dont j’ignore totalement le rôle, de la vitamine B2 (probablement en tant que colorant), deux conservateurs assez décriés (dommage), de la vitamine B5 et de l’allantoine pour leurs propriétés adoucissantes et apaisantes.

Pour finir on trouve quelques huiles essentielles : vanille bourbon (régénérante et adoucissante), romarin (revitalisante) et sauge officinale (cicatrisante).

En clair : la composition est plutôt sympa (71% des ingrédients sont certifiés bio, joli score ), en accord avec les promesses du shampoing ( à savoir un effet régulateur et clarifiant pour le cuir chevelu et un effet conditionneur et hydratant sur les longueurs). Il y a énormément d’actifs, quasiment tout est naturel et clean… Jusque là j’adhère. Seul gros point négatif : les conservateurs.

L’utilisation

Là encore JMO fait fort, la texture est onctueuse, la couleur de caramel doré est très jolie et son odeur, comment vous dire… Ce shampoing arrive à sentir le caramel sans parfum de synthèse !  Quand j’ai vu les avis de certaines utilisatrices avant de l’acheter je me suis dit « zut, j’aurais préféré une odeur plus végétale ». Je ne suis en effet pas très friande de tout ce qui est sucré, supposément « gourmand », pour moi ça rime plutôt avec écoeurant. Mais là non, c’est très réussi. On en mangerait. D’ailleurs n’en faites rien, je me suis dévouée, je vous le dis tout net, pas bon ! Définitivement un gout de shampoing et non de caramel.

Etonnant, non?

Pas besoin d’en utiliser des tonnes, une noisette suffit (je ne lave que mon cuir chevelu donc que mes cheveux soient longs ou courts n’y change rien, je vous vois venir avec vos gros sabots).

Enfin plutôt deux noisettes en ce qui me concerne. Oui car je fais toujours deux shampoings. Il mousse bien, personnellement je m’en moque mais ça compte pour certain(e)s.

Beaucoup de plaisir à l’utilisation en somme.

Ses effets sur ma crinière

Rien de fou pour tout vous dire.

Il n’a pas eu d’effets notables sur mon cuir chevelu : je n’ai pas particulièrement de démangeaisons en ce moment donc je ne peux pas juger de son pouvoir sur ces dernières. Il ne m’a pas permis d’espacer d’avantage les shampoings (je le fais tous les deux ou trois jours). J’imaginais que ce serait le cas, je suis un tout petit peu déçue mais avec une base lavante aussi douce, absolument pas étonnée.

Concernant l’effet lissant et brillant là, c’est le zéro pointé : rien.

Au contraire, je trouve mes cheveux bien plus ternes que d’habitude. Ça me contrarie. J’aime quand ça brille ! C’est mon côté bling-bling.

Et j’ai des frisottis.

Donc je suis très déçue des résultats, surtout quand on connait le prix du produit : 24 euros tout de même.

Ceci dit, c’est un shampooing, et un shampoing messieurs-dames, sert principalement à laver le cuir chevelu. Bien qu’il se veuille 2en1, ça n’est pas un soin. J’ai donc été stupide d’en attendre quoi que ce soit de plus qu’un cuir chevelu propre, et je suis entièrement responsable de ma déception.

La suite.

L’après-shampoing citrus&néroli

Comme pour le shampoing, jolie bouteille, de couleur crème cette fois, sobre, elle me plait.

Il promet un démêlage tout en légèreté. C’est ce qui m’a attirée, j’ai horreur de l’effet plombant de la plupart des après-shampoing et c’est la raison pour laquelle je suis réticente à en utiliser.

Sa spécificité ? On peut l’utiliser comme soin sans rinçage. Encore un produit deux en un en somme. L’idée est sympa. Néanmoins je ne l’ai utilisé que comme après-shampoing, je possède un soin sans rinçage qui me convient et n’ai donc pas été tentée d’essayer.

Sa composition

Aloe barbadensis (aloe vera) leaf juice*, aqua, behentrimonium methosulfate, cetearyl alcohol, panthenol (vitamine B5), sorbitol, simmondsia chinensis (jojoba) seed oil*, cocos nucifera (noix de coco) oil*, hydrolyzed soy protein, wheat amino acids, helianthus annuus (tournesol) seed oil*, lecithin, tocopherol, glycerin, citric acid, citrus grandis (pamplemousse) peel oil*, citrus lemonum (citron) peel oil*, citrus aurantium dulcis (fleur d’oranger) flower oil*, canarium luzonicum (elémi) gum nonvolatiles*, cymbopogon shoenanthus (citronnelle) oil*, sodium benzoate, potassium sorbate, arnica montana (arnica) flower extract*, camellia sinensis (thé blanc) leaf extract*, chamomilla recutica (camomille) flower extract*, calendula officinalis (calendula) flower extract*, equisetum hiemale (prêle) leaf/stem extract*, foeniculum vulgare (fenouil) seed extract*, lonicera caprifolium (chèvrefeuille) flower extract, linum usitatissimum (lin) seed oil*, borago officinalis (bourrache) seed oil*, sodium hyaluronate (acide hyaluronique), sulfur, limonene, citral, linalool

*certifié bio

Là encore, on a de l’aloe vera en première position, puis de l’eau, puis du behentrimonium methosulfate (ou BTMS). Qui est un ammonium quartenaire, et qui, couplé au cetearyl alcool, que l’on retrouve juste après, devient filmogène. À ce stade de la lecture de la composition j’aurais du faire marche arrière… Il lisse et gaine la fibre capillaire donc.

Je continue pour vous : de la vitamine B5 (fortifiante), un humectant-plastifiant, de l’huile de jojoba (nourrit, apporte de la brillance, assouplit), de l’huile de coco (nourrissante, fait briller),  des protéines de soja hydrolysées (reconstituantes et réparatrices), des acides aminés de blé (restructurants), de l’huile de tournesol ( apporte douceur et brillance), de la lécithine (antistatique), de la vitamine E ( antioxydant, conservateur), de la glycérine (agent hydratant), de l’acide citrique (ajusteur de PH).

Des huiles essentielles : pamplemousse, citron, fleur d’oranger (le fameux néroli), elémi, citronnelle : ici vraisemblablement utilisées pour parfumer.

Du benzoate de sodium (conservateur assez décrié, à éviter), du potassium sorbate (encore un conservateur), de l’extrait d’arnica (pour la brillance), de la prêle (tonifiante et fortifiante), de la racine de fenouil (renforce la croissance), de l’extrait de chèvrefeuille (hydratant, nourrissant), de l’huile de lin (maintient l’hydratation), l’huile de bourrache (apporte brillance et vitalité), de l’acide hyaluronique (hydratant, redensifiant), du soufre (fortifiant), et enfin trois agents masquants utilisés pour parfumer.

Du bon et du beaucoup moins bon donc : malgré la profusion d’huiles essentielles et d’actifs, la présence de quats et de conservateurs tels que le benzoate de sodium me dérange. 

L’utilisation

Tout comme pour le shampoing, elle est très agréable : la texture est onctueuse et légère ( plus comme un gel qu’une crème)et le produit sent très bon. Une odeur citronnée, assez sucrée sans être écoeurante (encore!)

Il s’étale facilement sur les cheveux et permet de les démêler efficacement. Grâce au BTMS,  moche mais efficace en somme.

Ses effets

Comme je viens de le dire, s’il y aune chose qu’on ne peut pas lui enlever : il démêle. Mais mes doigts aussi, moins rapidement et de manière moins agréable mais ils le font. De mauvaise foi moi? Un peu.

Seulement voila, quats obligent, il est occlusif, et sur mes cheveux ça s’est traduit par une perte d’élasticité et de ressort de mes boucles. Et ça, en ce qui me concerne, c’est le pire effet que puisse avoir un produit capillaire.

J’ai vraiment cru pouvoir échapper à l’ effet de lourdeur que me procurent la plupart des après-shampoings, en me basant sur les avis des utilisatrices qui le mentionnent sur le net et le trouvent globalement très léger, tout comme leurs cheveux après son utilisation. Il n’a effectivement eu aucun effet poisseux mais je trouvais ma masse globalement moins légère, un peu plombée. Mes cheveux doivent être particulièrement difficiles…

En conclusion

Je ne peux pas dire que ce sont des mauvais produits : John Masters Organics est une marque sérieuse, leur éthique me semble tout-à-fait respectable, et ils s’efforcent de sortir des soins de qualité et agréables à utiliser. Ils se positionnent dans le haut-de-gamme, d’où les prix assez élevés, et le gros travail sur les packaging et les textures/odeurs etc

Je n’ai pas grand chose à reprocher au shampoing si ce n’est son prix et la présence de conservateurs franchement pas terribles. Il fait ce qu’on lui demande, c’est-à-dire laver, et ça s’arrête là. Ça reste un shampoing , et, pour moi, le plaisir à l’utilisation ne vaut pas une vingtaine d’euros. Je ne le rachèterai pas mais je termine tranquillement le flacon.

En ce qui concerne l’après-shampoing en revanche je suis extrèmement déçue, mais je ne devrais pas l’être. Je savais à quoi m’attendre avec les BTMS et j’ai décidé de l’utiliser malgré tout.

Avec lui j’ai payé le prix fort dans tous les sens du terme : plus de 20 euros le flacon, c’est très cher. Et la perte de mes boucles… Plus cher encore ! (enfin elles sont toujours là, mais très détendues, des boucles en vacances quoi, c’est pas franchement joli).

Bilan plutôt négatif donc, vous l’aurez compris. Néanmoins je ne déconseillerais pas ces produits. Enfin, pas à tout le monde.

Si vous êtes habitué(e)s aux soin capillaires naturels et bio, que vos cheveux vivent une vie paisible et sans quats depuis un moment déjà, passez votre chemin. En revanche si vous n’avez toujours pas adopté de routine naturelle (et que vous n’êtes pas réticent à l’idée de mettre 20 euros dans un flacon), ces produits peuvent être sympas pour effectuer une transition en douceur. Mais mais mais mais : mieux vaut jeter son dévolu sur des produits moins coûteux lors de sa transition. Au cas où l’on serait tenté(e) de tester plusieurs produits/combos !

Pour ma part j’ai bien retenu la leçon : plus jamais de quats ou de silicones dans mes produits capillaires. J’ai arrêté d’utiliser l’après-shampoing il y a quelques jours et j’espère récupérer mes boucles et ma légèreté assez rapidement…

Et vous, pour ou contre les quats dans vos après-shampoings? Et si vous connaissez ces produits, qu’en avez-vous pensé?

Racontez !

Des bécots !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *